Conférence aux Archives nationales

mardi 19 novembre 2013, à 17 h 30 :


Karine BERTHIER, archéologue et conservateure du patrimoine :
L’Aqueduc Médicis. Des sources de Rungis aux fontaines de Paris

L’année 2013 marque le 400e anniversaire de l’aqueduc Médicis construit sur l’ordre de

Hôtel de Soubise © Achille Bedeau/Paris historique

Hôtel de Soubise © Achille Bedeau/Paris historique

Marie de Médicis pour amener à Paris les eaux de sources captées à Rungis et aux alentours. Sur le trajet de l’aqueduc, il reste aujourd’hui vingt-quatre regards en pierres de taille qui disposent tous d’un bassin de décantation, d’ouvertures d’aération prenant parfois l’aspect d’une lanterne et d’escaliers rejoignant la surface. L’eau de l’aqueduc arrivait à Paris dans le regard XXVII ou « maison du Fontainier » ; cette bâtisse, d’abord utilisée pour loger les fontainiers et répartir l’eau entre le roi, le peuple et l’entrepreneur, permet aussi de stocker l’eau qui, à partir de là, alimente douze fontaines publiques sur la rive gauche et deux sur la rive droite.

Les conférences ont lieu aux Archives nationales, hôtel de Soubise, Chambre du Prince, 60, rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris (M° Rambuteau ou Hôtel de Ville)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription obligatoire auprès de Mme Besse (01 40 27 62 28 et besse.ext@culture.gouv.fr)

 

Succès des Journées du Patrimoine pour l’aqueduc Médicis

File d'attente avant la visite du pont-aqueduc © OCRA

File d’attente avant la visite du pont-aqueduc © OCRA

Les Journées du Patrimoine ont été un succès pour l’aqueduc avec un total de 3 121 visiteurs. La maison du Fontainier a compté 1 525 visiteurs, le pont-aqueduc 1 000 et les sources de Rungis 202. À Rungis 94 enfants sont venus le vendredi et 300 à Paris.

Merci aux bénévoles des différentes associations.

17 juillet 1613 : pose de la première pierre de l’aqueduc Médicis !

Ce jour est un anniversaire : la pose de la première pierre de l’aqueduc, dit de Médicis, par le roi Louis XIII, en présence de sa mère et régente, Marie de Médicis, il y a quatre siècles.

D’après les registres du bureau de la Ville, (tome XV, p. 267)  :

Ce texte écrit en français du début xviie siècle a été quelque peu aménagé pour une lecture plus accessible.

LE ROI A MIS LA PREMIÈRE PIERRE AUX FONTAINES DE RONGIS. 17 juillet 1613.

[…]

« Advenu lequel jour de mercredi dix-septième dudit mois de juillet, du matin, mes dits sieurs de la Ville (la ville de Paris) étant avertis que le Roi était déjà parti aller audit Cachan et se donner le plaisir de la chasse en chemin. Ils partirent dudit Hôtel de Ville avec lesdits sieurs Procureur du Roi, Greffier de la Ville et Receveur et plusieurs autres officiers pour le service d’icelle, et allèrent audit Cachan, où ayant trouvé sa dite Majesté lui firent la révérence, le remerciant de tant de peine qu’elle prenait et de l’honneur qu’elle faisait à la dite Ville. Et ayant par mes dits sieurs pris garde si tout était bien préparé, l’heure étant venue pour dîner. Mes dits sieurs supplièrent sa Majesté de vouloir se mettre à table, l’entretenant pendant son dîner, tant du sujet desdites fontaines que de plusieurs autres beaux discours, pendant lequel les seigneurs et autres gentilshommes qui étaient de la suite de Sa Majesté, jusqu’au nombre de plus de cent, dinèrent dans une autre salle à part, le tout aux frais et dépenses de ladite Ville.

Marie de Médicis et Louis XIII © Musée national du château de Pau

Marie de Médicis et Louis XIII © Musée national du château de Pau

Après lequel dîner, tous prirent leur chemin pour aller aux dites fontaines de Rungis, où mes dits sieurs de la Ville reconnurent que tout ce qu’ils avaient commandé était bien préparé, entre autres : deux tentes pour mettre Leurs Majestés à couvert crainte du soleil, meublées, garnies de chaises de velours brodées d’or et d’argent, et où était dressée une fort belle collation de toutes fort belles confitures exquises et en grande quantité. Comme aussi les ouvriers et entrepreneurs desdites fontaines étaient préparés pour faire asseoir la dite première pierre. Et environ les trois heures de relevées arriva auxdites fontaines de Rungis, la Reine régente, suivie de Monsieur le duc de Guise, et de Monsieur de Joinville, de Monsieur de Reims, de Monsieur le duc de Montbazon et autres seigneurs et gentilshommes, princesses, dames et damoiselles, au devant de laquelle dame Reine mes dits sieurs de la Ville furent et la remercièrent de tant de peine qu’elle prenait pour ladite Ville. Et aussitôt, les trompettes étant en grand nombre avec les tambours commencèrent à sonner ; même fut défoncé trois muids de vin que mes dits sieurs de la Ville avaient fait préparé, qui furent dispersés tant aux manœuvres et aux ouvriers desdites fontaines étant en nombre de plus de six cents qu’à plusieurs autres personnes : le tout en signe de réjouissance d’un si bel œuvre pour le public que pour lesdites fontaines.  Et à l’instant mon dit sieur le Prévôt des Marchands, suivi de mes dits sieurs les Échevins, Procureur du Roi, Greffier et Receveur, présenta au Roi une truelle d’argent. Et aussitôt, les dites trompettes sonnant, le dit seigneur Roi a été conduit à l’endroit où se commence le grand regard de la prise des eaux desdites fontaines, ce, en la présence de ladite dame Reine et de tous les princes et

Droit de la médaille posée le 17 juillet 1613 par Louis XIII au regard I © document conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France

Droit de la médaille posée le 17 juillet 1613 par Louis XIII au regard I. Elle représente Louis XIII en empereur romain © document conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France

seigneurs ci-dessus. Sa dite Majesté a assis et posé la dite première pierre sur laquelle a été mise, ci-dessus, par Sa dite Majesté cinq des dites médailles, l’une d’or et quatre d’argent, baillées par les dits Prévôts des Marchands et Échevins, lesquelles ont été couvertes d’une autre pierre qui ont été liées ensemble par Sa dite Majesté, laquelle, pour se faire, avec la dite truelle d’argent a pris du mortier dans un bassin d’agent qui était a cette fin préparé. Et à l’instant les dites trompettes et tambours ont recommencé à sonner avec grande acclamation de joie et cris de « Vive le Roi » par tout le peuple. Ce fait, mes dits sieurs de la Ville ont présenté au Roi et la dite dame Reine, à chacun une desdites médailles d’or fort belles et pesantes, et à mon dit seigneur le Gouverneur et autres princes et seigneurs leur en a été baillé d’argent. De quoi, Leurs dites Majestés ont été fort aises et comptant des libéralités de la dite Ville. Ce fait, leur a été présentée la collation qui leur avait été préparée des dites exquises et excellentes confitures que Leurs dites Majestés ont trouvé forts belles ; et de tout ont remercié mes dits sieurs les Prévôts des Marchands et Échevins.  Et ayant pris congés de Leurs dites Majestés chacun s’est retiré, et sont mes dits sieurs de la Ville revenus en cette Ville. »

Revers de la médaille scellée le 17 juillet 1613 par Louis XIII au regard I. Elle représente Marie de Médicis sur un arc-en-ciel (symbole de la régence) avec un sceptre et un paon (symbole de la déesse Junon) © document conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France

Revers de la médaille scellée le 17 juillet 1613 par Louis XIII au regard I. Elle représente Marie de Médicis sur un arc-en-ciel (symbole de la régence) avec un sceptre et un paon (symbole de la déesse Junon) © document conservé au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France

 

D’après la Lettre de Malherbe (Lettres de Malherbe, t. III, p. 320.)

Malherbe à Peiresc le 21 juillet suivant

« Leurs majestés furent mercredi à Rungis, entre Villejuif et Jumilly, sur la main droite en allant à Fontainebleau, voir cent pouces d’eau qui ont été découverts, et que l’on est après de faire venir en cette Ville ; le marché en est fait pour quatre cent soixante mille livres jusqu’à l’entrée du faubourg Saint- Jacques. Le roi, dès le matin, était allé dîner à Cachan. La reine partit d’ici environ deux heures après-midi, et tous deux se trouvèrent là sur les quatre heures ; mais la pluie, qui survint au même temps qu’ils arrivèrent, fut cause que la reine ne sortit point de carrosse.

Il fut présenté au roi cinq médailles d’argent pour mettre sur la première pierre de l’aqueduc ; il offrit cet honneur à la reine, laquelle le lui ayant remis, il sortit de carrosse, descendit dans la tranchée par quelques degrés, et mit les cinq médailles d’argent en cinq places qui étaient marquées pour cet effet sur la première pierre. Cela fait, cette pierre fut recouverte d’une grande table de cuivre où était l’inscription, et l’inscription renversée du côté de la pierre pour être mieux conservée ; puis on présenta au roi une truelle d’argent et un petit marteau d’acier ; de la truelle il prit du mortier qui lui fut présenté en un bassin d’argent, et en mit aux quatre coins de la pierre, et du marteau frappa deux ou trois coups dessus. Il a rapporté la truelle et le marteau, et une médaille d’or qui lui fut présentée, semblable à celles d’argent. M. le prévôt des marchands m’en a promis une,

©  Benoît Fauvet - OCRA

Regard I © Benoît Fauvet – OCRA

que je vous enverrai tout aussitôt ; par même moyen vous dirai le reste de cette histoire. Je crois que vous savez ce que c’est que cent pouces d’eau ; pour moi, qui l’ignorais, je me le suis fait dire, et ai appris que les dix- sept fontaines qui sont du vieux temps à Paris, toutes ensemble n’ont que deux pouces et demi d’eau. Jugez quel nombre de fontaines il s’en pourra faire quand il y en aura cent pouces ; mais à la première commodité vous aurez ceci plus particulièrement, avec les inscriptions et tout ce que vous sauriez désirer sur ce sujet. »

[…]

D’après le Journal d’Herouard, volume 2

Coupe et Profil du premier Regard qui fait voir l'Eau qui sort du grand quarré de Rungis : [dessin]. 1719. © Source gallica.BnF.fr

Coupe et Profil du premier Regard qui fait voir l’Eau qui sort du grand quarré de Rungis : [dessin]. 1719. © Source gallica.BnF.fr

« Le 13, samedi – A Huit heure il entre en carrosse, va à Rungis pour les sources de la fontaine et le travail par où on la conduit à Paris, de là à Cachan, où il a dîné en la maison de M. le prince de Conty; monté à cheval, il va au parc, y court une biche, brosse hardiment , se jette en l’eau , bien avant ; la biche prise , il lui donne la vie, disant : On la courra une autrefois. Il va à Arcueil chez Mme de Moisse, où il a soupé. Arrivé à huit heures et demie, il va chez la Reine et à la comédie française ; ramené dans sa chambre, il prend la bougie et s’amuse à lire les billets qui étaient en une bergerie en tapisserie que l’on avait, sur le jour, tendue en sa chambre ; il était si gai qu’il ne se pouvait coucher.  Le 17, mercredi. — II va en carrosse aux fontaines de Rungis, où arrive la Reine. Le Roi mit la première pierre à l’embouchure de l’aqueduc et cinq médailles d’or et d’argent, de sa face, avec cette lettre : Ludovicus XIII Francorum et Navarrae rex christianissimus , et au revers était un arc-en-ciel, la figure d’une femme assise en dessus représentant la Reine régente, sa mère, avec cette lettre : Paccatum Omnibus Aether. Il pleuvait fort, et c était sur les trois heures. Soupe à Gentilly, chez M. le président Chevalier. »

L’aqueduc en cartes

KML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Localisation des regards et vestiges de l'aqueduc

chargement de la carte - veuillez patienter...

Regard de la Pirouette à Rungis: 48.749536, 2.349846
Regard des Sources à Rungis: 48.751892, 2.351718
Regard I à Rungis: 48.750802, 2.350377
Regard II à Rungis: 48.751909, 2.342411
Regard III à Fresnes: 48.753611, 2.333248
Regard IV à Fresnes: 48.759174, 2.327846
Regard V à Fresnes: 48.764616, 2.328302
Regard VI à L\'Haÿ-les-Roses: 48.769081, 2.326902
Regard VII à L\'Haÿ-les-Roses: 48.773352, 2.329386
Regard VIII à L\'Haÿ-les-Roses: 48.777669, 2.332964
Regard IX à L\'Haÿ-les-Roses: 48.782247, 2.334423
Regard X à Cachan: 48.786820, 2.337508
Rgerad XI à Cachan: 48.791892, 2.340726
Regard XII à Cachan: 48.796808, 2.340249
Regard XIII à Arcueil: 48.798949, 2.334600
Pont-aqueduc à Cachan: 48.799486, 2.332460
Regard XIV à Arcueil: 48.799981, 2.329209
Regard XV à Arcueil: 48.802938, 2.330942
Rgeard XVI à Arcueil: 48.805320, 2.333871
Regard XVII à Arcueil: 48.808079, 2.335871
Regard XVIII à Arcueil: 48.810721, 2.339058
Regard XIX à Gentilly: 48.813258, 2.342851
Regard XX à Gentilly: 48.815614, 2.345635
Regard XXI à Paris: 48.818917, 2.342395
Paris, entrée de l\'aqueduc Médicis dans les fortications de Thiers: 48.819242, 2.342105
Regard XXII à Paris: 48.822537, 2.339149
Tronçons aqueduc Médicis: 48.824504, 2.337599
Regard XXIII à Paris: 48.826394, 2.337599
Regard XXIV à Paris: 48.828364, 2.333189
Regard XXV à Paris: 48.831924, 2.332867
Regard XXVII à Paris, Maison du Fontainier: 48.837132, 2.336156
Regard XXVI à Paris: 48.836242, 2.335432

Carte tracé

Tracé du Médicis aqueduc

Les 400 ans à Paris

Environ 700 personnes sont venues visiter le regard XXV le 8 et 9 juin. Merci à l’hôpital La Rochefoucauld, aux associations OCRA et Paris historique. Merci également à la société « Les Puisatiers Réunis » pour leur soutien matériel. L’exposition itinérante est visible jusqu’au 15 juin dans le hall de la mairie du 14e arrondissement.

Succès de l’exposition à Gentilly et des visites

 

L’exposition itinérante continue sa route et a rassemblé 300 personnes à Gentilly. Environ 80 personnes ont suivi la promenade de Karine Berthier sur les aqueducs. Enfin le regard VIII a également connu un succès avec 500 visiteurs en un jour et demi. Merci aux villes de Gentilly et de L’Haÿ-les-Roses pour leur soutien et également aux bénévoles des associations OCRA, Société d’histoire de Gentilly, Amis du Vieux L’Haÿ et Paris historique.

Inauguration de l’exposition à Arcueil et visites des écoles

L’exposition itinérante se déroule en ce moment à Arcueil au centre Marius Sidobre. Elle a été inaugurée le 12 avril en présence des associations et des maires d’Arcueil et de Cachan. Elle sera ouverte au public jusqu’au 4 mai et accueille également des écoliers. Merci aux  associations Arcueil Animation, Ateliers du Val-de-Bièvre ainsi qu’aux municipalités d’Arcueil et de Cachan pour leur soutien.